Fermer
The 2nd Space Revolution

The 2nd Space Revolution

Les entrepreneurs de la Tech partent à la conquête de l’espace. Décryptage de cette seconde révolution spatiale.

Study / 2016

FABERNOVEL Study

Elon Musk, Space, Study

FABERNOVEL décrypte dans cette nouvelle étude la Seconde Révolution spatiale menée par les entrepreneurs de la Tech. 

À première vue, le spatial semble n’avoir pas beaucoup bougé depuis le programme Apollo qui a marqué les années 60. Pourtant, à y regarder de plus près et à écouter ce que déclarent certains entrepreneurs de la nouvelle économie comme Sir Richard Branson (fondateur du groupe Virgin), Jeff Bezos (fondateur d’Amazon) ou encore Elon Musk (fondateur de Paypal, Tesla, SolarCity et SpaceX), la conquête est accessible, elle est à portée de main et elle commence maintenant. Nous vous décryptons dans notre nouvelle étude cette seconde révolution. 

 

La Silicon Valley s’est mise en ordre de marche pour conquérir les astres, et même si le spatial reste un secteur avec une des plus fortes technicités et que certains projets ne quitteront jamais le pas de tir, les succès de SpaceX et Blue Origin, capables respectivement de mettre en orbite un satellite puis de récupérer le lanceur ou d’atteindre l’espace à plusieurs reprises avec un même lanceur, n’en sont que plus impressionnantes. Et ces succès très médiatiques attirent un nombre croissant d’investisseurs : 2,9 milliards de dollars levés entre 2000 et 2015 dont 1,8 seulement pour 2015

Nombreuses également sont les mutations – profondes – qui permettent de parler d’une disruption en cours du secteur. Désormais, les agences spatiales nationales se concentrent sur leur compétence de conseiller, les pré-requis pour accéder aux infrastructures et les ressources existantes sont en voie d’assouplissement.

Les acteurs historiques rassurent leurs clients en leur proposant du sur-mesure, réels concentrés de technologies, à la qualité irréprochable, gages de durées de vie cohérentes avec les montants à investir idoines. 

Les nouveaux entrants, eux, garantissent à leurs clients la résilience de leur offre en répartissant les risques sur un nombre conséquent d’objets spatiaux moins gourmands en technologie de pointe et donc moins coûteux à service équivalent. Pour y parvenir, ces pionniers du secteur spatial adoptent des approches design-to-test très proches de celles en oeuvre dans les start-ups, « hackent » des technologies issues d’autres secteurs avec une mentalité « maker » et multiplient les générations de leurs produits pour récolter un maximum d’informations du terrain. Premiers utilisateurs de leurs propres produits, ils s’assurent que l’infrastructure qu’ils mettent en place est bien centrée sur l’usage et non sur la technologie. Ce faisant, ils facilitent la tâche de ceux qui voudraient les suivre pour construire la prochaine génération d’applications spatiales qui peut, encore aujourd’hui, ressembler à de la science-fiction. 

Exemple le plus inspirant, Elon Musk souhaite établir une colonie sur Mars. SpaceX, sa société, semble bien partie pour y parvenir entre son carnet de commandes bien rempli, ses réussites technologiques de premier ordre et la volonté de se positionner verticalement sur le secteur en lançant bientôt sa propre constellation de satellites. Et pour y parvenir, il lui reste quelques obstacles à franchir tels que concevoir un lanceur suffisamment performant pour atteindre Mars et réussir un aller/retour. 

Notre conviction est que seuls, ils ne pourront probablement pas réunir les moyens pour construire de toutes pièces cette colonie martienne et fournir un habitat sûr, des moyens de subsistance adaptés et des processus frugaux en ressources rares. Et les acteurs qui se positionneront sur ces sujets pourront alors bénéficier de retombées importantes sur leurs marchés historiques.

All work